Depuis le début de la campagne, les tracts publiés par le maire sortant sont constitués d’attaques de personnes et de procès d’intention.

Cette manoeuvre, qui consiste à détourner l’attention des Villecresnoises et des Villecresnois de son bilan pour se maintenir coûte que coûte à son poste, est une insulte à l’intelligence des électeurs.

Au moment de choisir votre futur maire, ce document a pour but de vous apporter un éclairage nouveau.

<Cliquez ici pour télécharger la versionPDF>

Afin de vous en rendre la lecture plus agréable, nous vous le présentons sous la forme d’un dictionnaire.

Allée Royale

L’allée Royale menacée par les promoteurs

L’Allée Royale, contigüe au bois de La Grange, était jusqu’en 2014 sous la protection et la surveillance de la Région Ile-de-France. Le maire sortant en a modifié le Plan Local d’Urbanisme, en le portant au niveau de celui du centre-ville, créant ainsi une menace d’urbanisation sur cette zone.

Attilly (Les terrasses d’)

Le bétonnage du centre-ville

La réalisation en centre-ville des « Terrasses d’Attilly » constitue le grand projet immobilier de la mandature du maire sortant. Il prévoyait initialement la construction de 3 immeubles de 5 niveaux comprenant 1 niveau en terrasse, pour un total de 92 appartements Son projet n’étant pas conforme à la réglementation, le maire a fait modifier le Plan Local d’Urbanisme au cours de l’été 2017 afin d’atteindre son objectif initial de 5 niveaux.

Une décision défavorable de l’architecte des Bâtiments de France ainsi qu’une pétition citoyenne s’opposant à cette construction d’immeubles de 5 niveaux situés en périmètre classé, contraint finalement le maire sortant à revenir à un projet de 4 niveaux correspondant à 79 logements.

Aujourd’hui, ce projet d’immeubles d’habitations supplémentaires, décidé sans concertation avec les habitants, ne s’inscrit dans aucune vision d’ensemble du centre-ville et n’ est pas en harmonie avec l’architecture du Plateau Briard.

Bétonnage

582 nouveaux logements, 1396 habitants supplémentaires

Bétonnage : vocable couramment utilisé pour désigner des constructions réalisées sur des espaces non urbanisés. Durant sa mandature, le maire sortant a signé les permis de construire suivants :

  • Bois d‘Auteuil pour 425 logements,
  • Bois Prie-Dieu pour 50 logements,
  • Les terrasses d’Attilly pour 79 logements,
  • Résidences Jean Cavaillès pour 12 logements,
  • Résidences Yerres/Étoile pour 16 logements,

Cette urbanisation représente un total de 582 nouveaux logements correspondant à une augmentation de la population de 1396 habitants.

Bois d’Auteuil

Un nombre de logements revu à la hausse

En 2014, il existait un projet d’aménagement du Bois d’Auteuil comprenant 3 volets : un volet habitat comprenant 375 logements, une zone d’activité économique, des infrastructures culturelles et sportives, et une route permettant un accès direct des résidents à la RN19.

À cette époque, aucune construction n’avait démarré, les permis de construire n’étaient pas encore attribués, et le maire nouvellement élu avait la possibilité de remettre en cause l’ensemble du projet.

Au terme de la mandature du maire sortant, 425 logements ont finalement été construits, soit 50 logements de plus que ceux prévus à l’origine. En revanche, la zone d’activité économique n’a pas été créée, et le City-stade, qui ne constitue qu’une partie des réalisations prévues à l’origine, n’a vu le jour qu’après une mobilisation importante des résidents du Bois d’Auteuil.

Le projet de « Route du Développement Durable » permettant le désenclavement de ce quartier a été complètement abandonné.

Caméras de surveillance

Un dispositif inefficace

7 ont été installées de 2014 à 2019, 18 supplémentaires ont été annoncées pour fin 2019. Les images enregistrées par ces caméras ne sont pas visionnées en temps réel.

Carte scolaire

Aucune concertation

L’affectation des enfants dans les écoles primaires de la commune est effectuée sans concertation avec les associations de parents d’élèves.

Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

Aucun diagnostic réalisé

Aucun diagnostic social de la commune n’a été réalisé pendant la mandature. Le CCAS n’a pu développer aucun dispositif d’aide à la mobilité.

La suppression du service d’aide à domicile a été décidée au cours de l’été 2019 sans information préalable des personnes concernées et sans coordination avec les entreprises impliquées dans le service d’aide à la personne.

Comité des Sages

5 années perdues

Annoncé en 2014, le Comité des Sages n’a été créé qu’en 2019.

Concertation

Processus consistant à consulter les citoyens et à élaborer des décisions en commun avec les acteurs concernés.

Démocratie

Un bonnet d’âne décerné au maire sortant

Le 22 décembre 2016, l’Association Nationale des Élus de l’Opposition (AELO) qui s’est réunie à la Brasserie Rostand à Paris, à l’occasion de la remise des prix de la démocratie locale, a décerné un « bonnet d’âne » au maire de Villecresnes.

Cette distinction récompense les maires indélicats qui se sont rendus responsables de comportements autoritaires, illégaux, ou d’incorrections vis-à-vis de leur opposition.

Désinformation

La manoeuvre du maire sortant

La désinformation est constamment utilisée par le maire sortant pour conduire sa campagne. Dans ses tracts, sa manoeuvre est claire :

  • Il attribue ses propres erreurs au maire en exercice entre 2008 et 2014.
  • Il détourne l’attention des Villecresnoises et des Villecresnois de son triste bilan en se gardant bien de l’évoquer.
  • Il tente de faire croire aux électeurs que son adversaire d’aujourd’hui est la réincarnation du maire élu en 2008.

Dette

Un doublement de la dette

La dette de Villecresnes était en 2014 de 5.377.000 euros, soit 552 euros par habitants. En 2020 elle a pratiquement doublé, pour atteindre 10.372.000 euros soit 1057 euros par habitants.

DGS (Directeur Général des Services de la ville)

4 changements

Entre 2014 et juillet 2019, 3 personnes différentes se sont succédées à ce poste. Depuis juillet 2019, notre commune n’a plus de Directeur Général des Services.

École

Un gaspillage de 3 millions d’euros

La construction de l’école d’Attilly est similaire à celle de l’école des Fleurs. Elle pouvait être réhabilitée et mise aux normes, épargnant ainsi à la commune une dépense d’au moins 3 millions d’euros liée à la construction d’un nouveau groupe scolaire.

Fiscalité

Une hausse de 11% des impôts locaux

Le maire sortant a augmenté les impôts locaux de 11% dès le début de sa mandature. Cette ponction supplémentaire sur 5 ans a représenté une recette de 10 millions d’euros pour la commune.

Pour quelles réalisations ?

Gestion

Une notre de 3/20 à l’ Argus des Contribuables Associés

3 / 20, c’est la note obtenue en 2018 sur « l’ARGUS DES CONTRIBUABLES ASSOCIÉS » par la municipalité de Villecresnes pour sa gestion financière désastreuse, qui se traduit par une dépense annuelle par habitant de 1246 euros alors que la médiane pour une ville de même taille se situe à 927 euros. Cette note classe le maire sortant dans la catégorie des « dépensiers ».

Groupe scolaire

La santé des enfants en question

En novembre 2019, le maire sortant décide, sans aucune concertation avec les associations de parents d’élèves et les enseignants, de construire une nouvelle école primaire située à moins de 100 mètres de la RN19.

Ce choix expose les enfants à des risques sanitaires liés à la pollution engendrée par le passage des 60.000 véhicules qui emprunteront cette nationale après l’ouverture du tunnel de Boissy-Saint-Leger.

Handicap

Aucun projet

Aucun projet d’aménagement n’a été conçu en lien avec la commission Communale d’Accessibilité.

Honnêteté

« L’intégrité, c’est de ne pas se mentir à soi-même.

L’honnêteté, c’est de dire la vérité aux autres. »

(Spencer Johnson).

Incivilités

En hausse significative

Les incivilités sont en hausse significative à Villecresnes et se traduisent par des trottoirs sales, des véhicules mal garés, des vitesses excessives et des dépôts sauvages.

Inondations

6 années perdues

Les inondations ont durement frappé la ville à plusieurs reprises, notamment en 2011 lors d’un épisode classé “orage tropical” par Météo France. Le SyAGE (Syndicat Mixte pour l’Assainissement et la Gestion de l’Eau) avait budgété dès 2014 des travaux de protection des habitations situées en zone à risques. Ces travaux n’ont débuté qu’en 2019. Entre temps, plusieurs habitants ont subi des dommages liés à des inondations, en particulier en septembre 2017.

Il aura fallu attendre les élections, en 2019, pour que les travaux démarrent.

Justice

4 condamnations en 5 ans

Le maire et sa municipalité ont fait l’objet de 4 condamnations de la part du Tribunal Administratif de Melun :

  • 18 novembre 2015, pour entrave à l’usage du site internet de la ville dans l’espace réservé aux élus de l’opposition.
  • 8 janvier 2016, pour refus de communiquer l’audit des finances communales à tous les membres du conseil municipal.
  • 22 décembre 2017, pour refus à l’association Agir à Villecresnes pour des Échanges Sans Frontières (AVESF), de prêt d’une salle, d’inscription dans l’annuaire des associations locales et d’attribution d’un stand au forum des associations.
  • 3 décembre 2018, pour refus de publication d’un audit financier.

Kiosque

Un loyer ridicule

200 euros par an de rétribution, pour 15 ans sans clause d’indexation annuelle : c’est le loyer ridicule négocié par le maire sortant avec la société Médiakiosq qui dispose de 800 points de vente de presse, pour un emplacement en centre-ville.

200 euros par mois, c’est, à titre de comparaison, ce que paye un commerçant du marché.

Le Mag’

Un tract électoral

La loi (collectivités-locales.gouv.fr) précise que le bulletin municipal doit avoir un caractère neutre et informatif et qu’il ne doit pas constituer un support de propagande électorale.

A moins de 4 semaines des élections municipales, le maire sortant utilise « le Mag’ » de février-mars à des fins électorales personnelles en illustrant ses thèmes de campagne avec des évènements de la vie locale.

Le Mag ‘ est un magazine financé sur le budget de la commune grâce aux impôts de tous les habitants.

Le maire sortant est le directeur de publication du Mag’.

Marché de Villecresnes

En grande difficulté

Les Villecresnoises et les Villecresnois sont très attachés à ce lieu de vie et d’échanges.

Notre marché, en difficulté depuis plusieurs années, n’a fait l’objet d’aucune action efficace de la part de la municipalité pour lui redonner le dynamisme attendu par les habitants.

Nationale 19

Une pollution accrue et des embouteillages supplémentaires

Dès l’ouverture du tunnel de Boissy-Saint-Léger, 60.000 véhicules l’emprunteront quotidiennement et génèreront une pollution accrue et des embouteillages supplémentaires aux entrées et sorties de Villecresnes.

Un temps de transport augmenté

Entre 2014 et 2020, la voie en site propre destinée au transport en commun a été supprimée, augmentant significativement les temps de transport des usagers.

Une promesse irréaliste

Au terme de la mandature 2014 – 2020, aucun projet de passage enterré de la RN19 n’est prévu à Villecresnes par la Région.

Le maire sortant ne réagit pas face à cette situation.

En novembre 2019, il annonce au cours de réunions publiques, de façon aussi présomptueuse qu’irréaliste, qu’il veut se mobiliser pour obtenir un passage en tunnel de la RN19 devant Villecresnes !

Négociation

Un manque à gagner important

La vente du terrain de l’école d’Attilly, en centre-ville, aurait pu constituer une excellente opération financière pour la commune. Dans les faits, cette opération va coûter de l’argent à la ville pour les raisons suivantes :

  • Vente du terrain au promoteur (COGEDIM) à un prix inférieur à celui estimé par Les Domaines.
  • Achat des parkings en sous-sol et des surfaces commerciales à un prix supérieur à celui estimé par Les Domaines.
  • Décision de faire cofinancer par la commune la construction du sous-sol à hauteur de 230.000 euros.
  • Exonération par le maire sortant de la taxe d’aménagement au bénéfice du promoteur pour un montant d’un demi-million d’euros qui restera in fine, à la charge de la commune.
  • Absence de pénalités de retard dans le contrat passé avec le promoteur avec pour conséquence un chantier à l’arrêt depuis près de 4 ans en plein centre-ville.

Ordures sur la voie publique et dépôts sauvages

Une dégradation de notre environnement

Les ordures sur la voie publique et dépôts sauvages sont en augmentation significative sur le territoire de la commune. Ces incivilités dégradent notre environnement quotidien.

Parking

Un centre-ville saturé

Le maire sortant a modifié le Pan Local d’Urbanisme afin de réduire, sur le projet des « Terrasses d’Attilly » le nombre de places de parking par appartements, et de supprimer celles allouées aux commerces.

À ce jour, les parkings publics du centre-ville sont déjà saturés.

Particules fines

Une menace pour les enfants

Les particules fines sont en quantité importante dans une bande de 200 mètres située de chaque côté des grands axes routiers et présentent des risques pour la santé.

Le maire sortant décide pourtant de construire une nouvelle école primaire à moins de 100 mètres de la RN19 sans tenir compte de cette menace pour les enfants.

Pétitions

3 pétitions au cours d’une mandature

3 pétitions ont été opposées au maire sortant au cours de sa mandature, en conséquence directe de son absence de concertation.

  • En 2015 : 1050 signatures, contre son plan de circulation sur l’ensemble du territoire de la commune (et non sur la remise en double sens de la rue de la Bourgogne, comme il l’écrit de manière fallacieuse dans un de ses tracts de campagne).
  • En 2018 : 508 signatures, contre le projet « Les Terrasses d’Attilly ».
  • En janvier 2020 : 853 signatures, contre le projet d’implantation d’une école primaire prévue à moins de 100 mètres de la RN19. Contrairement aux allégations publiées par le maire sortant, ni la « Boutique Éphémère » ni le kiosque à journaux n’ont fait l’objet d’une pétition.

Pistes Cyclables

Pas un mètre en 6 ans

Elles sont nécessaires pour circuler facilement et en toute sécurité à vélo. Le maire sortant, en charge des circulations douces au territoire (GPSEA), n’en a pas réalisé un mètre sur sa commune.

Police Municipale

Les femmes et les hommes qui la composent jouent un rôle essentiel dans le maintien de la sécurité et la lutte contre les incivilités dans une commune. Ils ne peuvent être efficaces sans consignes responsables sur le respect de la propreté, des règles de stationnement et de circulation.

Préfet du Val de Marne

Le Préfet du Val-de-Marne connait bien Villecresnes pour y être intervenu 4 fois au titre de délibérations du conseil municipal non conformes à la loi, et sur la tenue d’un nouveau conseil en urgence.

Promesses

Des promesses non tenues et oubliées

Route du Développement Durable

Un maire qui a renoncé

La route du développement durable est importante pour le désenclavement du Bois d’Auteuil et l’aménagement de la zone économique de ce quartier. Elle est également essentielle afin d’équilibrer la circulation dans Villecresnes.

Le maire sortant a pourtant renoncé à sa réalisation.

Rues

Un état lamentable

La réfection et l’entretien des rues n’ont pas été sérieusement pris en compte par le maire sortant. Aujourd’hui, un grand nombre d’entre-elles sont dans un état lamentable.

Salon d’Automne

Expression du dynamisme de Villecresnes pendant 34 ans, il a été supprimé par le maire sortant.

Scolaire

Des classes surchargées, un accueil périscolaire dégradé

Scolaire désigne tout ce qui est relatif aux écoles, à l’enseignement et aux élèves.

Pendant sa mandature, le maire sortant décide de détruire l’école d’Attilly pour construire des logements supplémentaires en plein centre ville alors que le nombre d’enfants scolarisés est en forte augmentation.

Il en résulte une surcharge dans les autres écoles et de nouvelles classes sont créées dans la précipitation au détriment de l’accueil périscolaire et du service de restauration, déplacé hors de l’école Mélanie Bonis.

Sécurité

Des résultats négatifs

Pendant la mandature du maire sortant, les cambriolages et les incivilités n’ont cessé d’augmenter à Villecresnes. Les vitesses de circulation sont excessives. De nombreux poids lourds ne respectent pas la réglementation.

Services municipaux

Des mouvements de personnel permanents

En 5 ans, 3 directeurs généraux des services, 2 directeurs techniques, 2 directeurs de l’urbanisme, 1 directeur financier, 1 directrice de la Petite Enfance, 1 directrice jeunesse et plusieurs cadres administratifs ont quitté les effectifs de la commune.

Sport

Un manque d’équipements

Les infrastructures de plein air sont en mauvais état. La ville manque de salles de sport obligeant les enfants à installer puis à démonter les équipements nécessaires à la pratique de leur discipline à chaque séance.

Les associations sportives ne sont ni accompagnées ni entendues.

Subventions

Plusieurs millions d’euros de subventions non obtenues sur l’ensemble de la mandature

A titre d’exemples :

  • Aucun contrat d’aménagement régional n’a été établi entre la commune et la région à l’occasion de la construction de l’école Mélanie Bonis, privant ainsi la ville d’une subvention d’environ 1 million d’euros.
  • Villecresnes est une des rares villes à n’avoir bénéficié d’aucune subvention pour la réalisation de son City-stade.
  • Sur la seule année 2019, les demandes de subventions correspondent à 933.700 euros. Le montant finalement obtenu se limite à 232.422 euros soit 25 % de la demande initiale.

Taxe Foncière

Suppression de l’exonération

Contrairement à l’usage en France, le maire sortant a supprimé l’exonération de taxe foncière pendant les 2 premières années de résidence pour les propriétaires nouvellement installés à Villecresnes.

Transports en commun

Insuffisants et saturés

En 2012, la Région Ile-de-France avait inscrit dans le Schéma Directeur de la Région l’aménagement d’un Transport en Site Propre de Brie-Comte-Robert à la station Créteil l’Echat. En 2017, Face à l’implication insuffisante du maire sortant, la Direction des Routes d’Île de France (DiRIF) décidait de supprimer la voie de bus en site propre.

Trottoirs

Sales et en mauvais état

Ils sont supposés permettre le déplacement à pied, de façon agréable et en toute sécurité, de tous les usagers, y compris les enfants, les séniors, les personnes à mobilité réduite, et les poussettes.

Ils sont sales et souvent en mauvais état à Villecresnes.

Trafic routier

Aucune action

L’intense trafic routier qui a envahi Villecresnes dégrade la qualité de vie des Villecresnoises et des Villecresnois. Le maire sortant n’a engagé aucune action afin de réduire le trafic de transit, principale cause de l’augmentation des flux dans notre ville.

Urbanisme

Une municipalité incompétente

Urbanisme : « Ensemble des arts et techniques permettant d’adapter l’habitat urbain aux besoins des femmes et des hommes. »

Le centre-ville défiguré de Villecresnes ainsi que l’absence de vision globale de l’aménagement et de la protection du territoire démontrent l’incompétence de la municipalité sortante en matière d’urbanisme.

Voirie

Un budget divisé par 2

Au cours de la mandature, le maire sortant a diminué de moitié les sommes allouées à l’entretien et à la réfection des rues.

Pour mémoire, l’aménagement des rues du Bois d’Auteuil et du Bois Prie-Dieu n’a pas été financé par la commune mais par le Territoire (GPSEA).

Vie locale

Une ville triste

Villecresnes est devenue une ville triste, sans évènement rythmant sa vie locale. La fête des écoles, les salons d’art, d’artisanat, salons commerciaux, la fête du village permettaient aux habitants de se rencontrer dans une ambiance conviviale.

« Un village qui abandonne ses traditions perd son âme. »

La situation de Villecresnes n’a jamais été aussi dégradée.

  • L’état de nos finances est préoccupant malgré une hausse de 11% des impôts locaux.
  • L’insécurité et les incivilités ont augmenté.
  • La voirie est dans un état alarmant.
  • La ville est devenue sale.
  • Notre centre-ville est défiguré.
  • Les commerces de proximité sont en difficulté.
  • Le sport, la culture et l’animation sont négligés.
  • Villecresnes est devenue une ville triste.

C’est le bilan désastreux d’un maire incompétent qui agite la peur et les menaces afin de se maintenir coûte que coûte à son poste, et qui vous fait aujourd’hui des promesses encore plus ambitieuses que celles qu’il n’a pas été capable de tenir au cours de sa mandature gâchée.

<Cliquez ici pour télécharger la versionPDF>